Se connecter | Mon panier

Votre panier est vide

Helicobacter Pylori, traitements naturels pour son éradication

Helicobacter Pylori, traitements naturels pour son éradication

Dossier selon * Dr Rita MONSIEUR et Dr Van Snick - Paru dans la presse

Introduction à l'Hélicobacter Pylori

Helicobacter pylori (HP) est une bactérie qui infecte les muqueuses  de la paroi de l'estomac humain. La bactérie Helicobacter pylori est notamment responsable des gastrites chroniques, des ulcères duodénaux et joue un rôle important dans la genèse de certains cancers gastriques. Connue depuis  1980 seulement, cette infection s'acquiert à l'enfance et dans la très grande majorité des cas, elle devient chronique, s'accompagne d'une inflammation de la muqueuse gastrique et est la cause de 90 % de toutes les gastrites chroniques.

La transmission est intra-familiale (mère/enfant, fratrie) et perdure pendant des décennies, voire toute la vie de la personne infectée. Environ 10% des personnes infectées, développeront une maladie ulcéreuse.
Quarante pour cent de la population européenne en est atteinte et plus de 80% dans les pays défavorisés.

L'HP vit exclusivement dans l'estomac humain et est le seul organisme connu pouvant survivre dans un environnement aussi acide. Elle possède une forme hélicoïdale (d'où le nom de « Helicobacter ») et peut littéralement se visser dans la paroi stomacale afin de la coloniser ! L'estomac produit deux substances, l'acide chlorhydrique et  la pepsine. Ces substances très irritantes  sont tenues  à distance de la paroi stomacale par le mucus.

Les pathologies apparaissent  lors d'une sécrétion trop grande d'acide ou lors d'une protection insuffisante par le mucus.

La présence de HP multiplie par  30 le risque de cancer de l'estomac et il semblerait que le cancer de l'estomac ne peut se développer en son absence. Un rapport très étroit est établi entre pauvreté et infection par l'Helicobacter pylori.

Actuellement, on conseille d'éradiquer systématiquement l'Helicobacter, d'en faire le traitement préventif pour les patients ayant eu une gastrectomie partielle pour cancer, de dépister les parents du premier degré et les porteurs de lésions histologiques prénéoplasiques (atrophie, métaplasie).

L'alcool, le stress, certains médicaments (aspirine et anti-inflammatoires) et la primo-infection à Helicobacter pylori, sont les principales causes de plusieurs pathologies gastro-duodénales.

Habituellement, les bactéries ne résistent pas au milieu acide de l'estomac, cependant l'Helicobacter pylori sécrète une enzyme (uréase) qui lui permet de survivre aux sucs gastriques en les neutralisant. La bactérie agit alors de deux façons, elle augmente la sécrétion des sucs gastriques et affaiblit la structure de la muqueuse gastro-duodénale. Moins protégée, la paroi de l'estomac ou du duodénum est alors attaquée par les sucs gastriques..

Méthodes de détection de l'HBP

Classiquement  une biopsie est pratiquée lors de toute endoscopie, elle permet de déterminer  la présence de HP.

D'autres tests  ont été  mis au point mais ne sont pas utilisés ou présents dans tous les pays d'Europe.

Le dépistage par analyse de l'air expiré  à l'urée marquée est disponible dans certains pays (France). Un kit est disponible en pharmacie et est envoyé au laboratoire, il a un intérêt pour contrôler l'efficacité du traitement.

Le dépistage  sanguin peut être utile. Malheureusement il reste positif de nombreux mois après l'éradication du HP et est donc difficile à utiliser.

Une dernière technique de diagnostic d'Helicobacter pylori est basée sur la mise en évidence dans les selles d'antigènes de ce germe par dosage immunologique, ce test donne une sensibilité de 96 %, une spécificité de 93 % et des valeurs prédictives positives de 92 % et négative de 96 % et n'est pas effectué actuellement de manière courante.

Traitement classique

En médecine classique le traitement, une trithérapie de sept jours associant un inhibiteur de la pompe à protons à deux antibiotiques, permet de s'en débarrasser dans 70 % des cas. Pour les malades résistants, un second traitement, quadrithérapie, plus puissant et plus long, fait disparaître la bactérie dans 63 % des cas, soit au total, un taux d'éradication de 90 %. L'inflammation persiste pendant 6 à 24 mois et la muqueuse redevient normale. Si celle-ci était déjà atteinte, les lésions persistent, mais leur extension et leur aggravation sont définitivement stoppées.

Mécanisme

Le primum movens est bien sûr l'infection par l'HP, celui-ci s'implante dans un milieu hyperacide et dans un estomac dont la vidange gastrique est ralentie.

Les lésions de gastrite chronique s'installent lésant les muqueuses, ralentissant le transit et permettant une réinstallation de la bactérie.

Traitement naturel pour l'éradication de la bactérie Hélicobacter Pylori

Le protocole comporte 4 mois de cure réunis dans HBP Global Action

Huiles essentielles

Le traitement de l'infection se fait classiquement par les huiles essentielles.

Lutte contre l'infection  ou les récidives

Les huiles essentielles sont en première place dans  la lutte contre l'Helicobacter pylori.

Les anti-infectieuses sont surtout les huiles essentielles  à Phénol comme Origanum compactum, Thymus vulgaris  à  thymol, Melaleuca alternifolia, Cinnamomum zeylanicum feuilles. La Girofle (Eugenia caryophyllata) inhibe la croissance de Helicobacter pylori.

La concentration moyenne inhibitrice (CMI) est de 40 μg/ml pour la Girofle.

On retrouvera, dans les huiles essentielles riches en aldéhydes comme Cinnamomum zeylanicum ou riches en sequiterpènes comme Chamomilla recutita et Zingiber  officinalis  une action anti-inflammatoire importante.

Certaines huiles essentielles riches en monoterpènes comme Foeniculum vulgare ou Salvia officinalis exercent une action cicatrisante.

L'action antispasmodique est marquée  dans Artemisia dranunculus  et Zingiber officinalis.

Plusieurs huiles essentielles  comme Mentha piperita  et Lemongrass ont montré in vitro  une  inhibition nette de la prolifération  du HP.

Les plantes 

Dans le traitement de ces pathologies gastro-duodénales, la phytothérapie peut aussi être utile.

Certains  isoflavones inhibent la croissance de l'Helicobacter pylori. Cette action est  moins importante que leur action oestrogénique ce qui en limite l'utilisation de manière standardisée. Il s'agit de Glycine max, Medicago sativa (la luzerne), Cimifuga racemosa.

La glycyrrhizine a une action anti-inflammatoire, elle inhibe la production des PGE2 et augmente la production de mucus stomacal, le temps de vie des cellules épithéliales de l'estomac et inhibe la sécrétion du pepsinogène. L'acide glycyrrhétique bloque partiellement la dégradation des hormones surrénaliennes et notamment du cortisol. De ce fait, elle prolonge leurs effets biologiques chez l'homme. In vitro, l'extrait hydro-alcoolique de Réglisse inhibe les souches d'Helicobacter pylori avec une concentration minimale inhibitrice (CMI)  de 50 à 400 mg/ml.

Certaines Brassicaceae  comme le chou ou le brocoli  Brassica oleacera  contiennent des glucosinolates qui sous l'action d'une enzyme, sont transformées en sulforaphane. Cette molécule inhibe la croissance de Helicobacter pylori, dans 8 cas sur 11. L'activité antiacide de ces légumes disparaît  à la cuisson.

Cranberry, la canneberge exerce une action antiinfectieuse et permet  une meilleure absorbtion des vitamines B12  dans les gastrites atrophiques. Les polysaccharides à haut poids moléculaire de la Canneberge inhibent l'adhésion de l'Helicobacter pylori sur le mucus gastrique humain.

La camomille romaine  montre dans une  meta-analyse une diminution nette de la dyspepsie et de  l'acidité stomacale. Son action antiinflammatoire  locale est bien connue  et a été comparée aux inhibiteurs de la pompe à proton. Son huile essentielle  a  montré une  inhibition in vitro de l'Helicobacter.

La Grande Gentiane (Gentiana lutea) contient des  triterpènes et des  xanthones qui présente une action inti-inflammatoire directe sur la muqueuse de l'estomac mais également par les xanthones une action antistress et  antidépressive bien utile  dans les problématiques de l'estomac. Pour l'extrait alcoolique, la CMI  de l'Helicobacter  est de 100 μg/ml.

Humulus lupulus, le houblon semble avoir un effet apaisant sur l'estomac, son mode d'action  n'est pas déterminé mais il pourrait s'agir d'une action proche des plantes oestrogénique.

De nouvelles pistes de travail sont  à l'étude actuellement. La ghréline est un polypeptide orexigène, sécrété en majeure partie par l'estomac et à moindre degré par l'intestin, le pancréas, le rein, l'hypothalamus,l'hypophyse.

La grhéline accélère la vidange gastrique et le transit intestinal. Il est un puissant agent prokinetique  et est capable de lever un iléus gastrique post-opératoire.

Les infections à H. pilori, sont associées à une réduction du taux de ghréline circulante indépendamment du sexe et du BMI.

La ghréline possède une action gastro-protectrice dose dépendante et ouvre des implications clinique dans la gastro-entérologie.

Malheureusement il s'agit d'une arme  à double tranchant car  ce  polypeptide augment  l'appétit, ce qui bien sûr  est intéressant chez les personnes  atteintes chroniquement  par un   Helicobacter pylori mais aussi contre indiqué dans les excès de poids.

Certaines plantes comme Avena sativa et  Zingiber  officinalis agiraient  par le biais d'une augmentation de la ghréline ; leur effet  sur l'augmentation de l'appétit est bien connu.

Par exemple les extraits alcooliques et  la poudre de racine de Gingembre frais et même les  composants isolés  comme le [6]-,[8]-,[10]-gingerol et  le [6]-shogoal inhibent, in vitro, l'Helicobacter pylori.

Probiotiques et prébiotiques 

L'association de plusieurs pré et  probiotiques, à savoir les bifidobactéries, le saccharomyces et les lactobacilles a été étudiée et  montre  de manière  évidente une meilleure tolérance  à la trithérapie classique. Ces substances semblent avoir un effet de prévention mais aucune étude  complète n'a été réalisée.

Néanmoins, étant donné leur  mode d'action et au vu de l'absence de contre-indication leur utilisation est logique.

Vitamines 

L'utilisation de vitamine C naturelle lors du traitement  de l'HP entraîne  une diminution des risques de précancérisation des tissus de l'estomac.

Compléments alimentaires 

L'utilisation des huiles de poissons apporte  un effet positif en complément au traitement d'éradication de l'HP.

Mais cet apport est insuffisant  pour traiter  la bactérie en comparaison avec les substances classiques

En prévention...

- HEBAPY ES  : 1 gélule par jour après les repas
- PROFLORE : 1 gel par jour après le repas
- OMEGA OCEAN : 1 capsule (1000 mg) par jour après le repas
- AC500: 1 comprimé par jour après le repas

Conclusion

L'éradication de l'Helicobacter est  indispensable  lors de sa mise en évidence  pour notamment éviter les risques de cancer de l'estomac. Cette éradication  par le traitement  classique (trithérapie antibiotique) n'est pas toujours suffisante. L'adjonction d'un traitement naturel limitera les risques de récidive. Différentes plantes ont montré une action nette sur  l'Helicobacter pylori et en  limite les risques.

Bibliographie

Haristoy X, Angioi-Duprez K, Duprez A, Lozniewski A. Efficacy of sulforaphane in eradicating Helicobacter pylori in human gastric xenografts implanted in nude mice. Antimicrob Agents Chemother. 2003 Dec; 47(12): 3982-4.

http://www.stethonet.org/news/esculape/news2.php

Gruenwald J, Brendler T, Jaenicke C. PDR for Herbal Medicines. 1st ed. Montvale, NJ: Medical Economics Company, Inc., 1998
(2) Toshio Fukai. Ai Marumo, Kiyoshi Kaitou, Toshihisa Kanda, Sumio Terada and Taro Nomura. Anti-Helicobacter pylori flavonoids from licorice extract. Life Sciences. Volume 71, Issue 12 , 9 August 2002, Pages 1449-1463

Melzer J, Rosch W, Reichling J, et al. Meta-analysis: phytotherapy of functional dyspepsia with the herbal drug preparation STW 5 (Iberogast). Aliment Pharmacol Ther 2004;20:1279-87.

 M.Jafarian et K. Ghazvini. Réglisse contre Helicobacter pylori. Mashhad. Iran. 2004.

 Burger O, Weiss E, Sharon N, Tabak M, Neeman I, Ofek I. Inhibition of Helicobacter pylori adhesion to human gastric mucus by a high-molecular-weight constituent of cranberry juice. Crit Rev Food Sci Nutr. 2002;42(3 Suppl):279-84.

Brenner H, Rothenbacher D, Bode G, Adler G. Relation of smoking and alcohol and coffee consumption to active Helicobacter pylori infection: cross sectional study. BMJ 1997;315:1489-92.

Tomic M, Tovilovic G, Butorovic B, et al. Neuropharmacological evaluation of diethylether extract and xanthones of Gentiana kochiana. Pharmacol Biochem Behav 2005;81:535-42.

Mahady GB, Pendland SL, Stoia A, Hamill FA, Fabricant D, Dietz BM, Chadwick LR. In Vitro susceptibility of Helicobacter pylori to botanical extracts used traditionally for the treatment of gastrointestinal disorders. Phytother Res. 2005 Nov;19(11):988-91.

Yang Li, Chen Xu, Qiang Zhang, Jun Yan Liu and Ren Xiang Tan. In vitro anti-Helicobacter pylori action of 30 Chinese herbal medicines used to treat ulcer diseases. Journal of Ethnopharmacology Volume 98, Issue 3 , 26 April 2005, Pages 329-333

G.B. Mahady, S.L. Pendland, G.S. Yun, Z.Z. Lu and A. Stoia, Ginger (Zingiber officinale Roscoe) and the gingerols inhibit the growth of Cag A+ strains of Helicobacter pylori, Anticancer Res. 23 (2003), pp. 3699-3702.

Imai H, Osawa K, Yasuda H, Hamashima H, Arai T, Sasatsu M. Inhibition by the essential oils of peppermint and spearmint of the growth of pathogenic bacteria. Microbios. 2001;106 Suppl 1:31-9.

Sakamoto I, Igarashi M, Kimura K, et al. Suppressive effect of Lactobacillus gasseri OLL 2716 (LG21) on Helicobacter pylori infection in humans. J Antimicrob Chemother 2001;47:709-10.

Ohno T, Kita M, Yamaoka Y, Imamura S, Yamamoto T, Mitsufuji S, Kodama T, Kashima K, Imanishi J. Antimicrobial activity of essential oils against Helicobacter pylori. Helicobacter. 2003 Jun;8(3):207-15.

Cremonini F, Di Caro S, Covino M, et al. Effect of different probiotic preparations on anti-helicobacter pylori therapy-related side effects: a parallel group, triple blind, placebo-controlled study. Am J Gastroenterol 2002;97:2744-9.

Zullo A, Rinaldi V, Hassan C, et al. Ascorbic acid and intestinal metaplasia in the stomach: a prospective, randomized study. Aliment Pharmacol Ther 2000;14:1303-9.

Vous avez aimé ce contenu? Partagez-le...