Se connecter | Mon panier

Votre panier est vide

Métaux lourds ... de conséquences

Métaux lourds ... de conséquences

Selon Dr UME   -  paru dans la presse

INTRODUCTION 

Dans la convention de Genève, le protocole relatif aux métaux lourds désigne par le terme "métaux lourds" les métaux qui ont une masse volumique supérieure à 4,5 g/cm3.

L'expression "métaux toxiques" convient mieux que celle utilisée habituellement de "métaux lourds".

Elle englobe l'ensemble des métaux et métalloïdes présentant un caractère toxique pour la santé et l'environnement : plomb (Pb), mercure (Hg), arsenic (As), cadmium (Cd), nickel (Ni), zinc (Zn), manganèse (Mn), ...

Les métaux lourds les plus souvent considérés comme poisons pour l'homme sont le plomb, le mercure, l'arsenic et le cadmium. D'autres comme le cuivre, le zinc, le chrome pourtant nécessaires à l'organisme en petites quantités, peuvent devenir toxiques à doses plus importantes.

SOURCES DE METAUX LOURDS DANS NOTRE ENVIRONNEMENT

Emission aérienne par combustion des végétaux, du pétrole, extraction de minerais, processus industriels, incinérateurs - Elimination des déchets miniers et industriels - industrie agro-alimentaire (utilisation à long terme de certains composés chimiques pour la protection des plantes a mené à l'augmentation des quantités de cuivre, de mercure, de cadmium et de plomb dans les sols, contaminant alors les aliments).

Ils se retrouvent généralement au niveau des particules (sauf le mercure qui est principalement gazeux).

L'eau et l'air peuvent être considérés comme des sources renouvelables, mais dans les sols l'effet des activités humaines est plus persistant et souvent irréversible.

LE DEVENIR DES METAUX LOURDS 

IL dépend de nombreux facteurs parmi lesquels la nature du sol et son acidité

Dans les sols acides et pauvres en humus, de composition mécanique faible, les métaux lourds ne s'accumulent pas. Ils sont transférés vers les nappes phréatiques et les fleuves et / ou absorbés par les plantes et présentent alors un risque pour la santé.

Les sols basiques riches en humus piègent les métaux lourds, il n'y a donc pas de risque immédiat pour la santé. Mais le sol est contaminé durablement et la concentration en métaux lourds augmente avec les années. Ces derniers sont susceptibles d'être relargués quand l'environnement est modifié (acidification du sol sous l'effet des changements de température, d'humidité, etc.) et constituer ainsi une véritable bombe à retardement

Une fois relargué dans l'environnement, ces métaux peuvent persister des années, augmentant la probabilité d'intoxication humaine.

On les retrouve principalement dans les eaux usées industrielles et municipales (Cd, Cu, Pb, Zn), les précipitations atmosphériques, et les eaux provenant de l'activité agricole (Hg, Cu, Pb). Les aliments, légumes, céréales, fruits, poissons peuvent être contaminés par accumulation du toxique à partir du sol ou de l'eau.

Certains lichens ou mousses sont couramment utilisés pour surveiller les métaux dans l'environnement et servent de "bio-indicateurs".

Les métaux lourds peuvent aussi pénétrer notre environnement à travers des processus naturels. Par exemple des dépôts géologiques d'arsenic contaminant les nappes phréatiques et se retrouvant à des doses subtoxiques dans notre eau de boisson.

Les métaux présents dans l'eau et l'environnement terrestre sont des éléments nécessaires au fonctionnement normal des plantes et des animaux. Ils jouent un rôle important dans la transformation de la matière, principalement dans les mécanismes enzymatiques. Une faible concentration de ces éléments dans l'environnement (OLIGOELEMENTS) a généralement un effet positif et stimule l'activité des organismes vivants.

MODES D'EXPOSITION DES METAUX TOXIQUES

LES HOMMES SONT EXPOSES par inhalation des polluants aériens, la consommation d'eau contaminée, l'exposition à des sols contaminés de déchets industriels. Ils s'accumulent dans les organismes vivants et perturbent les équilibres et mécanismes biologiques, provoquant des effets toxiques à court et/ou à long terme. Ils peuvent affecter le système nerveux, les fonctions rénales, hépatiques, respiratoires,...

Les effets engendrés par ces polluants sont variés et dépendent également de l'état chimique sous lequel on les rencontre (métal, oxyde, sel, organométallique).

PROBLEMES DE SANTE LIES AUX METAUX LOURDS

Lire Métaux toxiques et pathologies associées

ILS PEUVENT CAUSER DES PROBLEMES SERIEUX comme de façon non exhaustive un retard de croissance, des troubles du développement ou du comportement, des perturbations des systèmes biorégulateurs responsables de troubles étiquetés fonctionnels ou psychosomatiques (syndrome fatigue chronique, fibromyalgie ) des problèmes neuro-dégénératifs (Parkinson, Alzheimer) et finalement des lésions organiques et la maladie cancéreuse.

L'intoxication par quelques métaux, tels le mercure et le plomb peuvent aussi entraîner des phénomènes d'auto-immunité, dans lesquels le système immunitaire du patient attaque ses propres cellules.

Cela peut conduire à des affections articulaires, tel l'arthrite rhumatoïde, des problèmes rénaux, circulatoires et nerveux.

Plus spécifiquement :

Cadmium : Lésion rénales, pulmonaires, osseuses, cancer de la prostate
Etain : OEdèmes cérébraux, Pneumoconioses
Manganèse : Lésions pulmonaires, Neurotoxique
Nickel : Cancérigène (nez, poumon)
Vanadium : Irritant des yeux, du nez et des bronches
Mercure : Lésions neurologiques, Insuffisance rénale

LES METAUX SONT PARTICULIEREMENT TOXIQUES POUR LE FOETUS, LE NOURRISSON ET LE JEUNE ENFANT

Quelques métaux, comme le Hg et le Pb peuvent facilement passer le placenta et léser le cerveau foetal.

Chez les enfants, la charge de mercure donnée depuis la naissance est de plus en plus importante pour plusieurs raisons.

D'abord, Hg est omniprésent dans la nature et ensuite la charge apportée par les vaccins dépasse largement les doses recommandées (chaque vaccin contient de 12,5 à 25 μg de thimoresal et l'enfant peut arriver à une charge de 237 μg lorsqu'il a eu toutes ses vaccinations à l'âge de 5 ans (1) ).

Les amalgames dentaires de la femme enceinte dégagent de la vapeur de mercure traversant la barrière placentaire et intoxiquent le foetus. De plus, on peut retrouver le mercure dans le lait maternel.

S'il est vrai qu'il faut allaiter les enfants, le faire avec du lait contenant du mercure n'est pas forcément la meilleure des choses.

Les enfants sont exposés à de plus fortes doses alimentaires en fonction de leur poids, que l'adulte.

L'exposition aux métaux toxiques chez les jeunes enfants, outre les pathologies neuro-musculaires dégénératives, peut entraîner des retards scolaires et des troubles de comportement comme l'agressivité ou l'hyperactivité, parfois autisme.

LA DOSE NE FAIT PLUS LE POISON

La Directive Cadre n°96/62/CE du 27 septembre 1996 relative à l'évaluation et la gestion de la qualité de l'air ambiant recommande de surveiller de nombreux indicateurs de la pollution atmosphérique en plus du plomb. Ces autres métaux sont : arsenic, cadmium, nickel et mercure.

La Directive Européenne n°99/30/CE du 22 avril 1999 fixe une valeur limite pour le plomb à 0.5 μg/m3 en moyenne sur 1 an. Teneur Pb max. tolérée est de 50 μg/l dans l'eau destinée à la consommation. L'OMS préconise 10 μg/l.

Et pourtant, en France, 200 000 enfants exposés au risque du saturnisme lié à l'habitat vétuste, dont 60 000 environ seraient intoxiqués (Ministère de la Santé).

Parmi 13 400 enfants intoxiqués, 32% avaient un taux de plomb supérieur à 100 μg par litre de sang et 5% plus de 250 μg (d'après l'AFP Sciences n° 1111, du 4 décembre 1997).

Une directive fille fixant des valeurs limites pour d'autres métaux toxiques (arsenic, cadmium, mercure et nickel) est en cours d'élaboration.

La toxicité des métaux lourds a conduit les pouvoirs publics à réglementer les émissions en fixant des teneurs limites.

Cette réglementation n'est cependant d'aucun secours pour déterminer sans ambiguïté une liste de métaux à surveiller car la liste varie selon les milieux considérés : émissions atmosphériques, rejets dans l'eau, règles sur l'épandage des boues ou la mise en décharge, etc.

Le quart de la contamination par les métaux lourds est dû aux ordures ménagères (piles au cadmium, batteries au plomb, cuivre et zinc des pesticides, etc.).

DANS LES CAS D'INTOXICATION CHRONIQUE AUX MÉTAUX LOURDS

La notion de normes et de dose en dessous de laquelle la substance est considérée comme inoffensive (concept NOEL) et son extrapolation à l'homme, imposées comme données scientifiques est très souvent, en médecine humaine environnementale, inadéquate et même erronée.

Les effets sur le système psychoneuroendocrinien et immunitaire, voire cancérigènes, à moyen et long terme, sont souvent méconnus, voire rejetés.

Il est de plus évident, qu'in vivo, sur un organisme considéré dans son entièreté, un polluant n'agit jamais seul et qu'il est essentiel d'envisager d'éventuelles synergies entre divers polluants (Ex. Hg et champs électromagnétiques)

Il faudra aussi tenir compte des possibilités de détoxication de l'organisme et des phénomènes de sensibilité génétique individuelle.

THÉRAPEUTIQUE DE DETOXICATION DES METAUX LOURDS

En médecine environnementale, une connaissance plus approfondie des problèmes de santé liés aux métaux lourds conduira automatiquement à des conduites préventives et à des moyens thérapeutiques plus efficaces et adaptés.

D'abord supprimer la source (dans le cas de dépose d'amalgames, précautions particulières), ensuite, stratégie avec trois objectifs :

1. Détoxiquer

...des sites de fixation (métalloenzymes, membranes cellulaires, ADN,...) par TMD Toxic Metal Detox qui permet une détoxication réelle sur tous les métaux toxiques, sans effets secondaire, sans contre-indication et sans altération du capital minéral du patient

2. Eliminer

... par drainage des émonctoires (sinon redéposition et lésions secondaires parfois plus graves) par FYTOBIL 2 gélules par jour et...

3. Régénérer

... les fonctions physiologiques normales par...
- Correction de la flore avec Proflore
- Hyperperméabilité et malabsorption intestinale avec Nutracare
- apport oligo-élémentaire avec VB COMPLEX M, AC500+ et ZINCAMIN

(1) A noter qu'il existe maintenant des vaccins sans Hg

Vous avez aimé ce contenu ? Partagez-le...