Traitements naturels - Labosp, recherche et développement de remèdes naturels à base de plantes
Le naturel notre passion ...
la science notre exigence
Tous les produits Labosp Tous les produits Easynutrition Anti-oxydant Anti-âge Apaiser... Articulation, souplesse Bouche, Dents, Haleine Cardiovasculaire Cheveux, peau et ongles Circulation Comportement Confort urinaire Croissance Digestion Dépendances Détox En promo... Environnement Equilibre Femme Fluidité esprit zen Forme et énergie Gluten Homme Immunité Minceur Mémoire et concentration Nouveautés Nutrition supplémentation Ossature Respiratoire Santé Sexualité Soulager Sport Stress, nervosité & sommeil Transit Troubles menstruels Vision

Dioxyde de titane, future catastrophe sanitaire

Dioxyde de titane, future catastrophe sanitaire A lire aussi... Produits utiles à ce sujet

Sommaire

Nous en parlions déjà en septembre 2016, il va enfin être "partiellement" interdit ! Le dioxyde de titane, (TiO2) ou E171 est à la base une simple molécule associant de l'oxygène et du titane mais de par ses propriétés opacifiantes et bactéricides, largement utilisé de nos jours dans bon nombre de produits.

Etiqueté comme nanoparticule, le dioxyde de titane est à ce jour l'objet à la fois de toutes les attentions et de mise en garde de par ses absorptions potentielles au niveau des voies digestives, cutanées ou respiratoires de l'être humain.

Les suspicions actuelles sur ses effets potentiellement tératogènes ainsi que l'évaluation réelle de ses risques potentiels, même s'ils ne pourront vraiment être objectivés que dans plusieurs années n‘est pas sans rappeler le scandale de l'amiante : notre décennie se prépare t'elle de nouveau à une nouvelle catastrophe sanitaire ?

Où se cache le dioxyde de titane ?

  • La production de dioxyde de titane nanométrique a doublé en moins de 10 ans, atteignant à l'heure actuelle plus de deux millions de tonnes et pour cause : bon nombre d'industries y ont recours de par ses nombreuses propriétés. Le dioxyde de titane constitue le plus blanc des pigments blancs, justifiant ainsi son utilisation dans des domaines aussi variés que la peinture, la papeterie, le plastique ou la céramique mais pas seulement. L'industrie cosmétique a très vite compris l'intérêt de l'incorporer tout aussi bien dans les produits d'hygiène, les savons, la plupart des crèmes cosmétiques, même aux labels bio et les dentifrices. Les crèmes solaires bénéficient de ses effets protecteurs face aux UV, les fards à paupières, les rouges à lèvres, les fonds de teint en crème ainsi que les poudres de son pouvoir anti-agglomérant.Car le consommateur est ainsi fait : La blancheur reste malheureusement associée à une preuve d'efficacité, une « croyance » de la par du consommateur dont bon nombre de façonniers ont su tirer profit.
  • Côté alimentaire, le dit-dioxyde de titane, parfois mentionné E 171, trouve toute sa place dans notre alimentation quotidienne puisqu'ajouté larga manu dans les fromages, les pâtisseries, les chewing-gums, les confiseries, les bonbons, réussissant ainsi le pari de séduire encore plus le consommateur, même ceux en culottes courtes.
  • Le dioxyde de titane est parfois utilisé dans le traitement de l'eau de par les propriétés bactéricides qu'il possède ainsi qu'en tant que photo-catalyseur dans certains milieux hospitaliers.

Les risques et dangers du dioxyde de titane :

  • Diverses études ont mis plus ou moins en exergue ses risques délétères sur la santé, en fonction des doses d'exposition car le dioxyde de titane nanoparticule peut être à la fois inhalé, ces particules étant de dimensions un million de fois plus petites qu'un cheveu, notamment par le personnel des industries nano-technologiques, ingéré et bien entendu déjà entrer en contact via la barrière cutanée et pénétrer l'organisme, d'autant plus en présence d'une surface déjà lésée.
  • Le dioxyde de titane a été classé comme possiblement cancérigène pour l'homme en 2006 par le Centre international de recherche sur le cancer, même si les études réalisées à ce jour sont insuffisantes pour démontrer sa dangerosité.
  • En 2011, une étude franco-suisse, sous la houlette du professeur Jürg Tschopp, n'a pas hésité à avancer que les nanoparticules de dioxyde de titane pourraient être potentiellement cancérigènes quand elles sont inhalées, de par leurs activités pro-inflammatoires à la fois sur les poumons et le péritoine, ces mêmes mécanismes d'action retrouvés en cas d'inhalation d'amiante et de dioxyde de silicium.
  • Ces données même si elles nécessitent d'être encore étayées viennent compléter les conclusions d'une étude menée par le CEA (Commissariat à l'Energie Atomique) , qui a suggéré que les nanoparticules de dioxyde de titane (nano-TiO2), pourraient endommager le cerveau si ce dernier venait à en recevoir des doses massives et surtout prolongées : elles seraient alors capables de rompre la barrière hémato-encéphalique de notre cerveau, en induisant à la fois une réaction inflammatoire , tout en s'accumulant à l'intérieur des cellules endothéliales et en réduisant la sécrétion de la P-glycoprotéine, une protéine au rôle primordial dans la protection du cerveau face aux toxines puisqu'elle est censée bloquer leur pénétration. Une exposition chronique à ces particules pourrait, quant à elle, entrainer leur accumulation dans le cerveau avec un risque de perturbation de certaines fonctions cérébrales (communiqué publié par le CEA).
  • Des chercheurs britanniques ont suggéré, quant à eux, que l'exposition de truites aux nanoparticules de dioxyde de titane pourrait engendrer chez ces poissons des dysfonctionnements cérébraux.

Des précautions à prendre face à ce danger potentiel?

  • L'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (AFSSET) a recommandé en 2010 de limiter l'exposition du public aux produits contenant des nanoparticules de dioxyde de titane dans un rapport sur les risques liés aux nanomatériaux, en invoquant le principe de précaution.
  • Les recommandations de l'Afssaps, rendues publiques, ont insistées sur le fait de pas utiliser de produits cosmétiques, et plus spécialement les crèmes solaires, contenant des nanoparticules de dioxyde de titane sur une peau lésée ou sur les coups de soleil ainsi que de ne pas les appliquer sur le visage ou dans des locaux fermés quand elles se présentent sous formes de spray.
  • Si tous ces résultats, obtenus pour le moment sur des modèles in vitro, avec des nanoparticules « brutes », ne permettent en aucune façon d'autoriser une extrapolation à l'homme, les inquiétudes relatives face à ces nanoparticules demeurent, de par leurs utilisations à grande échelle notamment dans les produits cosmétiques. Bien que la plupart des fabricants industriels se targuent de faire tout ce qu'il faut pour en réduire considérablement leur dangerosité en les enrobant soit d'alumine, de silice ou de polyalcools, il n'en demeure pas moins que ces dernières pourraient s'accumuler dans l'organisme qui, ne parvenant plus à s'en débarrasser, entrainerait ainsi une inflammatoire chronique : l'évaluation réelle des tous ces risques ne se fera malheureusement que sur le long terme.

Des chercheurs italiens et britanniques ont récapitulées en juin 2011 dans une grande revue de littérature scientifique l'avancée des connaissances actuelles en la matière, afin poser les bases d'une recherche approfondie sur les effets des nanoparticules de dioxyde de titane sur la santé humaine : puissent ils en délier tous les mécanismes avant qu'il ne soit trop tard !

Nous en parlions déjà en septembre 2016, il va enfin être "partiellement" interdit !  

avatar

Département Bien-être & Nutrition

Produits naturels utiles à ce sujet...

Intoxications aux métaux lourds. Elimination de tous les métaux toxiques sans provoquer de déminéralisation - TMD - Labosp.com

Sous forme de gélule - Pilulier PET blanc 100% recyclable - Sauf mention spécifique, tous nos produits en gélule se prennent par voie orale, en prises séparées durant la journée et entre les repas Toutes les substances sont sans fongicides, sans pesticides, sans insecticides, sans ogm, n'ont subi aucune irradiation en vue de leur stérilisation et n'ont donné lieu à aucune expérimentation animale Exempt de toute présence de substance d'origine animale - Convient aux végétariens, végétaliens et vegan Sans gluten, sans lactose et sans  caséine ne pas utiliser pendant la grossesse et l'allaitement

labosp.comTMD

Ce complexe aide à la détoxification de l'organisme, par la présence de chlorella qui soutient les organes ayant une fonction d'élimination.

Jusqu'à 2 mois par flacon de 60 gel

 

72 €
 

Contactez-nous

Qui sommes-nous ?

Actions solidaires

Vous êtes une association dans le domaine de la santé ? Faites-vous connaître ici.