Traitements naturels - Labosp, recherche et développement de remèdes naturels à base de plantes
Le naturel notre passion ...
la science notre exigence
Tous les produits Labosp Tous les produits Easynutrition Anti-oxydant Anti-âge Apaiser... Articulation, souplesse Bouche, Dents, Haleine Cardiovasculaire Cheveux, peau et ongles Circulation Comportement Confort urinaire Croissance Digestion Dépendances Détox En promo... Environnement Equilibre Femme Fluidité esprit zen Forme Energie Poids Gluten Homme Immunité Minceur Mémoire et concentration Nouveautés Nutrition supplémentation Ossature Respiratoire Santé Sexualité Soulager Sport Stress, nervosité & sommeil Transit Troubles menstruels Vision

Allaitement maternel, comment le pratiquer ?

Allaitement maternel, comment le pratiquer ? A lire aussi...

Sommaire

Le lait maternel reste le meilleur aliment à proposer au nouveau-né de par les nombreux macro et micro nutriments qu'il renferme, lui assurant ainsi une croissance optimale ainsi qu'une protection des plus adéquates pour prévenir bon nombre d'infections ou de diarrhées liées au nourrisson. Hormis certaines pathologies ou en cas de naissance prématurée, l'allaitement peut être choisi par toutes les femmes : un moment des plus privilégiés pour entrer en relation avec son enfant.

Les premières tétées :

  • D'un point de vue physiologique, les seins des femmes sont tous adaptés (sauf en cas d'agalactie) pour que le lait maternel puisse être fabriqué en quantité suffisante : il suffit de bien démarrer l'allaitement.
  • L'une des clés de la réussite consiste à adopter une tenue adéquate, avec ouverture sur le devant, un soutien-gorge d'allaitement et surtout une position des plus confortables.
  • Même si aucune préparation n'est vraiment nécessaire pour les premières fois, graisser un peu les aréoles tout du moins au début peut contribuer à la résistance cutanée des mamelons.
  • La mise en route de l'allaitement et surtout sa réussite sur le long court dépend très souvent du contact instauré entre la maman et son bébé, celle-ci devant sentir que son nouveau-né est bien avec elle : les réflexes de fouissement et de succion sont innés chez le tout petit et ne nécessitent aucune intervention particulière.

Une installation la plus confortable possible :

  • En tout premier lieu, toutes les positions de la mère et du bébé sont possibles, en évitant les tensions provoquées par le poids de l'enfant: position allongée, en tailleur ou bien assise, en s'appuyant sur le bras d'un coussin ou d'un accoudoir.
  • Un élément essentiel tient plus au fait que le ventre de l'enfant doit toujours être contre le corps de sa mère, et que la tétée puisse se dérouler dans une ambiance des plus agréables possibles, relaxante, avec le moins de source sonore ou de pollutions de tous ordres.
  • Pas besoin de mettre un doigt sur le sein en pensant ainsi dégager le nez de l'enfant : il ne peut s'étouffer mais par contre cela peut générer des crevasses pour la maman.
  • La bouche de l'enfant doit rester à la hauteur et en face du mamelon, le menton collé au sein, en veillant à ce que sa tête ne soit pas tournée mais légèrement défléchie.

Quand pratiquer l'allaitement ?

Allaiter à la demande, sans en compter sa durée reste un gage de réussite, ce pour un enfant né à terme : durant les premiers mois, la majorité des bébés tètent 8 à 12 fois en 24 heures et passent donc en moyenne 3 à 4 heures au sein.
De fréquentes tétées sont possibles du fait que le lait maternel est digéré en une heure, contre 3 heures pour les laits maternisés. Il suffit simplement de tenir compte du temps de latence existant entre la mise au sein et l'arrivée des flux de lait. En revanche, au-delà de 4 à 5 heures d'absence de tétées, durant la nuit notamment, il serait conseillé de réveiller le bébé en le plaçant doucement contre son ventre.

Les compléments à l'allaitement, qu'en penser ?

  • Les contacts physiques fréquents entre la maman et l'enfant apportent des effets bénéfiques, et de ce fait doivent être privilégiés le plus possible : ils sont les garants d'une demande appropriée du bébé.
  • Les tétines ou sucettes constituent donc une entrave au bon déroulement de l'allaitement et doivent être évités le plus possibles. Lors de crevasses douloureuses, la tentation peut être grande d'adopter un protège mamelon en silicone ou "bout de sein" avec le risque toutefois de perturber la succion : cet ustensile présente un intérêt en tant qu'écran à la douleur.
  • La coupelle d'allaitement ou la coquille contribue à soulager les tensions douloureuses des seins ou en cas de jet de lait intempestif, permettant ainsi de recueillir le lait d'un sein qui coule alors que bébé tète le deuxième, le recours toutefois à cet ustensile pouvant entretenir les écoulements de lait.

La douleur au cours de l'allaitement :

  • La sensibilité au niveau des aréoles reste une perception différente et personnelle, celle-ci étant liée aux modifications hormonales de la grossesse et tendant à disparaitre par la suite. Par contre, la douleur doit être prise au sérieux, sa présence étant le plus souvent liée à un signe de mauvaise pratique comme une mauvaise succion, un problème de position de la langue du bébé, sa façon de téter. Dans des cas plus rares, certaines douleurs résultent de la présence d'une mycose, qu'il convient de faire traiter par un professionnel de santé.
  • L'engorgement souvent décrié résulte le plus souvent d'un oedème secondaire lié à une congestion du tissu mammaire et non à des seins "débordants" de lait.

L'arrivée d'un bébé est synonyme d'un nouveau rythme de vie pour l'ensemble de la famille, et plus particulièrement pour la mère, avec parfois des source d'inquiétude, des périodes de doute, des remises en question quant à ses capacités de faire face aux besoins de son bébé. Le recours à des techniques de gestion du stress, à des élixirs floraux ou tout simplement l'aide d'un proche peuvent contribuer également à assurer un allaitement réussi : une maman stressée transmet son stress à son bébé.

avatar

Département Bien-être & Nutrition

Contactez-nous

Qui sommes-nous ?

Actions solidaires

Vous êtes une association dans le domaine de la santé ? Faites-vous connaître ici.